www.davidovits.info

Tag: bible

Error or forgery on the Stele of Merneptah, known as Israel Stele

The objectives of this article are twofold. First of all, it presents one information omitted in Chapter 11 of my last book in French language De cette fresque naquit la Bible (The Lost Fresco and the Bible ). Then, it denounces an error, or more probably the forgery of an archaeological document of the greatest importance.

The stele of Merneptah contains the oldest mention of Israel in an extra-biblical document. Flinders Petrie discovered it in 1896, at Thebes, Egypt, in Merneptah’s mortuary temple. Merneptah was the son of Ramses II. The stele describes the military campaign undertaken in 1207 B.C. against the Libyans, and, eventually a campaign to Canaan by which a group of people named Israel would have been destroyed. One reads in lines 26 to 28 of this stele, according to the official translation: The princes are prostrate, they say: let us be in peace! Nobody any more raises the head among the Nine Arcs. Tehenu is destroyed; Khati (Hittites) are in peace; Canaan is captive like its demons, Ashkelon is conquered; Gezer is captured; Yanoam became non-existent; Israel is devastated, it does not have more seed; Kharu became the widow of Egypt. All these countries are pacified. All those, which were in revolt were subdued by the king of Egypt of North and the South…

Since its discovery in 1896, the biblical historians of any obedience have tried to demonstrate the validity of the destruction of Israel by the armies of Pharaoh. However this interpretation is false and the polemical discussions around it have no grounds.

Line 27

The hieroglyphic reading of the word translated by Israel is “ iisii-r-iar ” and, in my book, I largely extended on its meaning. I have demonstrated that “iisii-r-iar” is in fact an egyptian sentence meaning: those exiled because of their sin. Pharaohs Ramsès II and Merneptah used this sentence when talking about the exiled Akhenaton’s followers, forced to quit Egypt. The name of this people iisii-r-iar changed into Israël, through the alteration of the letter r into l.

I had however omitted a detail, discussed in this present article. It relates to the sentence Yanoam became non-existent, which directly precedes the mention “ iisii-r-iar ”. As I will show it here, this translation is entirely false, because it results from the falsification of one hieroglyphic sign.
To begin with, let us look at the transliteration of line 27 of the stele, published in 1909 (cf: P. Lacau, Steles of the new empire (general Catalogue of Egyptian antiquities of the Museum of Cairo, Cairo, 1909):


Line 27, reading from left to right, with the mention “sic”

We notice that in the sentence Yanoam became non-existent a group of hieroglyphs (the eye Re + the vulture aa) is not translated, but is marked sic. The transcription of the hieroglyph represented by the bird vulture is thus doubtful, just like the sentence Yanoam became non-existent. Consequently, the significance of the remainder of the line, in particular the part comprising “ iisii-r-iar”, Israel, is also doubtful.

The tracing with chalk

The engraving of the hieroglyphs on this stele is rather coarse. This explains why, since its discovery by Flinders Petrie in 1896, one over-traced them with a chalk stick, in order to highlight them and to facilitate their reading.


Chalk tracing on the hieroglyphs of the line containing sic, photograph of the original, reading from right to left. (click on the figure to enhance it)

The drawing with chalk of the vulture aa is precise, however it carries the mention: doubtful reading sic. When I began the study of this stele, at the end of the Nineties, I wondered why this vulture transcription posed problem, and was not translated. I did not find any answer in the literature, although there are nearly 200 articles published on the Israel Stele.
 During our last visit to the Cairo Museum, I had asked my son Ralph to photograph this particular part of the stele, under the best possible conditions, by accentuating any contrasts, in order to visualize the true engraving of this hieroglyph sic.

Error or forgery ?

In the photograph below one compares the letter aa (the vulture) in the upper line 26, marked A, with the same letter in line 27 (sic), marked B.


Tracing with chalk of the hieroglyph aa in the upper line 26 and the one in line 27 containing sic, photograph of the original, reading from right to left. (click on the figure to enhance it).

We notice that for the letter marked A, the white chalk drawing follows perfectly the engraving of the hieroglyph (the vulture). On the contrary, for the letter (sic) marked B, the chalk drawing of the neck and the head of the vulture continues outside of the carving. Thus, the engraving does not correspond to this letter aa. It is a forgery.

Now, let us look closer to the engraving of the letter marked B (sic) and highlight in red the contour of the engraving of this letter sic.


The red contour of the engraving of the hieroglyph suggests that of an owl, i.e. the letter m, and not the letter aa (click on the figure to enhance it).

We can now propose a reading of the missing word that was not translated until now. We read: rem-m and we translate into tears.

New reading and its consequences

The hieroglyphs group m tem wun may be separated in two parts due to the presence of the papyrus roller preceding the rabbit (wun). The sentence Yanoam became non-existent is changed into /iinaamm rem-m tem/wun iisii-r-iar (people)/, and the new translation suggests: Yanoam tears are finished; existing is iisi-r-iar, the people.



New translation of line 27 of the Merneptah Stele with highlighted punctuation (rectangles).

The falsification of the letter m (owl) into the letter aa (vulture) was probably the fact of the discoverer of the stele, Flinders Petrie, in 1896. From the beginning, he and his colleagues traced this hieroglyph with chalk in this way, because, in their mind, Pharaoh Merneptah must have attacked and destroyed Canaan nations, in his chase of the people of Exodus, Israel.

In the edited line 27, the people iisii-r-iar (Israel) are not devastated. On the contrary, they exist. This new translation is in agreement with the teaching of Egyptology. One knows that the armies of Merneptah neither attacked nor crushed the nations and people of Canaan, since their action was limited to Libya, in the North-West of Egypt. Merneptah quite simply makes the report of the general situation of Egypt and its neighbors, Canaan included. The mention, line 27, according to which Israel does not have any more seeds (cereals) thus resulted from the falsification of the text. It relates rather to the people mentioned in the next sentence, namely Kharu, i.e. the Hittites. This interpretation is proven by archaeology. It is known that Merneptah dispatched cereals from Egypt to the starving Hittites (Khati and Kharu), victim of a famine.

Nevertheless, this chalk trace was maintained on the Merneptah Stele, until today. To my knowledge, no Egyptologist, nor biblical historian, ever called into question the reading (rather the non-reading) of this forged hieroglyph.

For any further information:

Falsification de la Stèle de Merneptah (Mérenptah), dite d’Israël

L’objectif de cet article est double. Tout d’abord, il apporte une information omise dans le Chapitre 11 de mon dernier livre De cette fresque naquit la Bible. Ensuite, il dénonce une erreur, ou plus vraisemblablement une falsification d’un document archéologique de la plus grande importance.

La stèle de Merneptah (que certains écrivent aussi Mineptah ou Mérenptah) contient la plus ancienne mention d’Israël dans un document extrabiblique. Elle fut découverte en Égypte, à Thèbes, par Flinders Petrie en 1896, dans le temple mortuaire de Merneptah, le fils de Ramsès II. Merneptah décrit la campagne militaire entreprise en 1207 av. J.-C. contre les Libyens, et, accessoirement une expédition à Canaan au cours de laquelle un peuple nommé Israël aurait été anéanti. On lit dans les lignes 26 à 28 de cette stèle, selon la traduction officielle :
Les princes sont prostrés, ils disent : soyons en paix! Plus personne ne lève la tête parmi les Neufs Arcs. Tehenu est détruite ; Khati (les Hittites) sont en paix ; Canaan est captif ainsi que ses démons, Ashkelon est conquise ; Gezer est capturée ; Yanoam est devenue inexistante ; Israël est dévasté, elle n’a plus de semence ; Hurru est devenue la veuve de l’Égypte. Tous ces pays sont pacifiés. Tous ceux qui étaient en révolte ont été matés par le roi de l’Égypte du Nord et du Sud…

Depuis sa découverte en 1896, les historiens bibliques de toute obédience essaient de démontrer le bienfondé de la destruction d’Israël par les armées de Pharaon. Or cette interprétation est fausse et la polémique est sans objet.

La ligne 27

La lecture hiéroglyphique du mot traduit par Israël est “iisii-r-iar” et, dans mon livre, je me suis largement étendu sur sa signification. J’ai ainsi démontré que ce mot “iisii-r-iar” était une expression égyptienne qui signifie: ceux exilés en hâte à cause de leur faute. C’est ainsi que les pharaons Ramsès II et Merneptah désignaient les notables exilés d’el Amarna, la cité d’Akhenaton. Le nom de ce peuple iisii-r-iar, se prononça par la suite, Israël, par altération du r en l. J’avais cependant omis un détail, discuté dans ce présent article. Il porte sur la phrase Yanoam est devenue inexistante qui précède directement la mention “iisii-r-iar” . Comme je vais le démontrer ici, cette traduction est entièrement fausse, car elle provient d’une falsification de la lecture d’un signe hiéroglyphique.

Pour cela, regardons la translittération de la ligne 27 de la stèle, publiée en 1909 (cf.: P. Lacau, Stèles du nouvel empire (Catalogue général des antiquités égyptiennes du Musée du Caire, Cairo, 1909):

ligne 27, lecture de gauche à droite, avec la mention “sic

On constate que dans la phrase ” Yanoam est devenue inexistante” un groupe de hiéroglyphe (l’œil re + le vautour aa) n’est pas traduit, mais porte la mention “sic” . La transcription du hiéroglyphe représenté par l’oiseau vautour est donc douteuse, tout comme la phrase ” Yanoam est devenue inexistante” . Par voie de conséquence, la signification du reste de la ligne, notamment la partie comportant “iisii-r-iar” , Israël, est également douteuse.

Le traçage à la craie

La gravure des hiéroglyphes du texte de cette stèle est assez grossière. C’est pourquoi, depuis sa découverte par Flinders Petrie en 1896, on les a surtracés avec un bâton de craie, afin de les mettre en évidence et faciliter la lecture.


Traçage à la craie des hiéroglyphes de la ligne contenant sic, photo de l’original, lecture de droite à gauche. (cliquez sur la figure pour l’agrandir)

Le dessin à la craie du vautour aa est net, pourtant il porte la mention sic, lecture douteuse. Lorsque j’ai commencé l’étude de cette stèle, à la fin des années 90, je me suis demandé pourquoi cette transcription du vautour posait problème, et n’était pas traduite. Je n’ai trouvé aucune réponse dans la littérature, bien qu’il y ait près de 200 articles publiés sur la stèle d’Israël.
Lors de notre dernière visite du Musée du Caire, j’avais demandé à mon fils Ralph, de prendre en photo cette partie de la stèle, dans les meilleures conditions possible, en accentuant les contrastes, afin de découvrir la véritable gravure du hiéroglyphe sic.

C’est ainsi que nous avons mis en évidence la falsification.

La falsification

Dans la photo ci-dessous on compare la lettre aa (le vautour) de la ligne supérieure 26, marquée A, avec la même lettre de la ligne 27 (sic), marquée B.


Traçage à la craie du hiéroglyphe aa de la ligne supérieure 26 et celui de la ligne 27 contenant sic, photo de l’original, lecture de droite à gauche. (cliquez sur la figure pour l’agrandir).

On constate que pour la lettre marquée A, le trait de craie blanche suit parfaitement la gravure du hiéroglyphe (le vautour). Au contraire, pour la lettre (sic) marquée B, le cou et la tête du vautour sont à l’extérieur de l’empreinte. La gravure ne correspond pas à cette lettre aa. Il s’agit donc d’un faux.

Observons maintenant un agrandissement de la gravure de la lettre marquée B (sic). Nous réalisons maintenant un tracé en rouge du contour de la gravure de cette lettre sic.


Le contour rouge de la gravure du hiéroglyphe suggère celui d’une chouette, c’est-à-dire la lettre m, et pas du tout la lettre aa (cliquez sur la figure pour l’agrandir).

Nous pouvons maintenant proposer une lecture du mot manquant, jusqu’à présent non traduit.  Nous lisons: rem-m

La nouvelle lecture et ses conséquences

Nous pouvons faire la césure du groupe de hiéroglyphes m tem oun en tenant compte de la ponctuation introduite par le rouleau de papyrus précédant le lapin (oun). La phrase Yanoam est devenue inexistante devient /iinaamm rem-m tem / oun iisii-r-iar (le peuple)/, et la nouvelle traduction suggère: Yanoam larmes sont terminées; existant est iisi-r-iar, le peuple.


Nouvelle traduction de la ligne 27 de la Stèle de Merneptah avec mise en évidence de la ponctuation (entourage des hiéroglyphes).

Le peuple iisii-r-iar (Israël) n’est pas dévasté. Au contraire, il existe. Cette nouvelle version est conforme à l’enseignement de l’égyptologie. Il est clair que les armées de Merneptah n’ont ni attaqué ni écrasé les nations et peuples de Canaan, puisque leur action se limitait à la Libye, dans le Nord-Ouest de l’Égypte. Merneptah fait tout simplement le constat de la situation générale de l’Égypte et de ses voisins, Canaan incluse. La mention, ligne 27, selon laquelle Israël n’a plus de semences (de céréales) relevait donc d’une falsification du texte. Elle concerne le peuple mentionné à la suite, Kharou, c’est-à-dire les Hittites. Cette interprétation est démontrée par l’archéologie. On sait en effet que Merneptah expédia des céréales aux Hittites victimes de la famine (Khati et Kharou).

La falsification de la lettre m (chouette) en lettre aa (vautour) fut vraisemblablement le fait du découvreur de la stèle, Flinders Petrie, en 1896. Dès le départ, lui et ses collègues tracèrent les hiéroglyphes à la craie ainsi, car, dans leur esprit, le pharaon Merneptah devait avoir attaqué et détruit la contrée de Canaan, afin de poursuivre le peuple de l’Exode, Israël. Cette trace de craie fut maintenue sur la stèle, jusqu’à nos jours. A ma connaissance, aucun égyptologue, ni historien biblique, n’a remis en cause la lecture (plutôt la non-lecture) de ce hiéroglyphe falsifié.

Pour tout renseignement complémentaire, voir dans mon livre “De cette fresque naquit la Bible”, le Chapitre 11.

Conferences 2010

7-10 December, Annamalai University, Tamil Nadu, India
Geopolymer Science dedicated to building materials
Science des Géopolymères destinée aux matériaux du bâtiment
+ Pyramids

Organized by the Department of Civil & Structural Engineering, Annamalai University

– 7. December: International Workshop on GeopolymerCements and Concretes

  1. Geopolymer Cement (chaired by Prof. J. Davidovits)
  2. Geopolymer Concrete (Chaired by Prof. V.J. Rangan)
  3. Geopolymer Bricks (LTGS) (chaired by Prof. J. Davidovits)

for information go to India Workshop
– 8 December: 7th Structural Engineering Convention (SEC 2010)
I am presenting a Keynote lecture on Geopolymer Science dedicated to building materials.
– 9 December: Public Conference “Why the Pharaohs built the Pyramids with Fake Stones”

5-6 Juillet, Saint-Quentin, France
Geopolymer Science and Archaeology
Science des Géopolymères + Archéologie

Geopolymer Camp,
Organized by the Geopolymer Institute,
International workshop on geopolymer science, technology and applications, as well as archaeology. Celebrating 31-year anniversary of the Geopolymer Institute.
Allez à (go to) GeopolymerCamp

21 mai, Paris, France
Égypte + Pyramide + Imhotep + Amenophis Fils de Hapou

Salle JEAN DAME, 17 rue Léopold Bellan, 75002 PARIS, à 18:30
Conférence MYSTÈRES D’ÉGYPTE, MYSTÈRES DU MONDE, Colloque en Hommage à Alexandre Varille
organisée par l’association Atlantis.
Allez à Conférence Mystères d’Égypte

17 Février, Paris, France
Amenophis (Amenhotep) Fils de Hapou, Bible

Centre Communautaire de Paris, 119 rue Lafayette, 75010 Paris, à 19:15
(Institut Universitaire d’Études Juives Élie Wiesel)
Dans le cadre du Cycle Gérard Huber: (4ème Leçon), “Les textes en hiéroglyphes égyptiens “
Je présente la structure du texte de la Stèle de Merneptah et démontre que le mot iisii-r-iar qui avait été traduit par « Israël » par Sir Flinders Petrie désigne un peuple qui se compose des descendants des notables et prêtres de l’hérésie d’Akhenaton. Puis j’étudie également le Décret relatif au personnel de la Fondation du temple mémorial d’Aménophis, dit Houy, Fils de Hapou (Patriarche Joseph) qui perpétue à jamais la Fondation funéraire et interdit qu’on les détourne à jamais. Présentation de mon livre “De cette Fresque naquit la Bible” (voir messages précédents)
Allez à Centre Paris

24–29 January, Daytona Beach, Florida, USA,
Geopolymer Science
Science des Géopolymères

Organized by the American Ceramic Society,
34th International Conference on Advanced Ceramics and Composites,
Focused Session: Geopolymers and inorganics polymers, January 25-26
Go to Daytona Symposia

20 Janvier, Paris, France
Amenophis ( Amenhotep) Fils de Hapou, fresque et Bible

Centre Communautaire de Paris, 119 rue Lafayette, 75010 Paris, à 19:15
(Institut Universitaire d’Études Juives Élie Wiesel)
Dans le cadre du Cycle Gérard Huber : 3ère Leçon “L’historicité du Patriarche Joseph”. Nous croisons les avancées les plus décisives de la connaissance exégétique, historique, archéologique, linguistique, philosophique et psychanalytique. Présentation de mon livre “De cette Fresque naquit la Bible”. ( voir messages précédents).
Allez à Centre Paris

2009

—————

28 novembre, Paris, France
Histoire de l’Alchimie

Colloque Alchimie d’Atlantis, “Réalités et Mystères de l’Alchimie”, salle Jean Dame, 17 rue Leopold Bellan, Paris 2eme, de 14:00 à 18:00.

Le titre de ma conférence est: Naissance de l’alchimie égyptienne

renseignements et inscriptions à
Colloque Alchimie.

19 novembre, Saint-Quentin (02), France
Bible: Joseph-Amenophis Fils de Hapou

conférence organisée par la Société Cultuelle Israélite de Saint-Quentin, Aisne, Picardie
Conférence sur mon dernier livre De cette fresque naquit la Bible
dans les locaux de la Société Cultuelle Israélite de St-Quentin, 11 ter bvd Henri Martin, Saint-Quentin,
à 20 heures précises.

2 Vidéos sur Joseph-Amenophis Fils de Hapou

Ce dossier est constitué de 2 vidéos de 10 minutes, à savoir: une présentation et une interview. Il sert d’illustration à mon dernier livre sur le sujet. Pour plus de détails allez à Et de cette fresque naquit la Bible, (voir mes messages précédents sur le sujet).

1) courte présentation:
Cette courte vidéo de 10 minutes 56 secondes explique la découverte de la fresque par Alexandre Varille et la relation entre le Patriarche Joseph et Amenophis (Amenhotep) Fils de Hapou. Ces nouvelles découvertes archéologiques prouvent que certains récits de la Bible, notamment ceux de la Genèse et de l’Exode, sont basés sur des faits historiques.


Regardez cette vidéo et intégrez-la dans votre site web, blog, forum, e-mail, etc.

2) Interview comportant 7 questions au Prof. Joseph Davidovits

  • Qui êtes-vous ?
  • Comment avez-vous découvert la fresque d’A. Varille ?
  • Où se trouve la fresque aujourd’hui ?
  • Amenophis (Amehotep) Fils de Hapou (Patriarche Joseph) était-il vraiment un hébreux ?
  • Quel est le lien entre Joseph et Moïse ?
  • Qui était Moïse ?
  • Quelles preuves de l’origine commune des arabes et des hébreux ?

Regardez cette vidéo et intégrez-la dans votre site web, blog, forum, e-mail, etc.

The Lost Fresco and the Bible (my new book in French)

I am presenting my 5th book on the Egyptian civilization, here in connection with the Bible, published by Éditions Jean-Cyrille Godefroy, Paris, ISBN 978-2-86553-216-2

Released on: 29 september 2009

In 1935 in Karnak, in Egypt, two French Egyptologists discover a fresco in the ruins of the memorial temple of Amenophis (Amenhotep) Son of Hapu, the most eminent scribe and scientist of ancient Egypt, Great chancellor of the Pharaon Amenhotep III, father of the monotheist Pharaon Akhenaton. Recently, 75 years later, I noted that the text of this fresco was reproduced word for word in the Bible, Genesis 41, when Pharaon installs the biblical Patriarch Joseph to rule over all Egypt. Royal scribe Amenophis Son of Hapu and the Patriarch Joseph are thus the same person. Moreover, the fresco contains a surprising detail which underlines its authenticity. Indeed, in Genesis 41, Pharaon names Joseph: çaphenat-paneah (sapnath-panéakh), a name which does not mean anything in Hebrew. Indeed, I discovered that çaphenat-paneah is the Egyptian name Amenophis Fils of Hapou, written reversely, from left to right, the hebrew language being written from right to left. The surprising detail in the fresco is that, precisely, the Egyptian name Amenophis is also written in hieroglyph reversely, from left to right, instead of from right to left like the rest of the text. There is thus absolute agreement between the fresco text and the Bible.

With this text going back to 1350 B.C., I prove that “the text in the Bible originated from this fresco ” and I describe the historical character of the Patriarch Joseph. I show how the Hebrew craftsmen were indeed Egyptians, yet, their leaders, the priests of Amenophis Son of Hapu’s Memorial Temple were of Semitic origin.

Why was this fresco then occulted by Egyptology? That remains a mystery. One does not find it mentioned in any works and books published by Egyptologists. This explains why biblical researchers and archeologists do not know of its existence and ignore its content. The historicity of the Bible goes back now to 3400 years and I claim that this fresco is the oldest text written word by word in the Bible. I have found many old and modern archaeological documents that fit in this new context. While following the written history of Amenophis Son of Hapu’s Memorial Temple from 1356 to 1060 B.C., one discovers the personality of Moses and the causes for Exodus around 1050 B.C., after heavy religious tensions, agitations and exemplified by the first strikes ever recorded in History, those of the craftmens working in the Valley of the Kings, Karnak, Egypt, called hepkher/hebbrer, the Hebrews.

I also explain in this book who were the Hebrews and their brothers (or cousins) from Madian who hosted Moses during 40 years, those who will be called later, the Arabs.

Related link on Amenophis (Amenhotep) Son of Hapu’s scientific knowledge on geopolymer stone Memnon Colosses

Livre: Et De Cette Fresque Naquit la Bible

Voici mon 5ème livre publié par les Éditions Jean-Cyrille Godefroy, Paris, ISBN 978-2-86553-216-2

Commandez le livre maintenant:

… ou achetez-le chez votre libraire !
ou encore en e-book chez mon éditeur à e-book davidovits

Publiée le: 29 septembre 2009

En 1935 à Karnak, en Égypte, deux égyptologues français découvrent une fresque en piteux état dans les ruines du temple mémorial d’Aménophis (Amenhotep) Fils de Hapou,le plus éminent scribe et savant de l’Égypte, grand chancelier du pharaon Amenhotep III, père du pharaon monothéiste Akhenaton.

Récemment, 75 ans plus tard, l’auteur constate que le texte de cette fresque est repris mot pour mot dans la Bible, Genèse 41, lorsque Pharaon installe le Patriarche Joseph aux commandes de toute l’Égypte. Le scribe Aménophis Fils de Hapou et le Patriarche Joseph sont donc une seule et même personne. De plus, la fresque contient un détail surprenant qui souligne son authenticité. En effet, dans Genèse 41, Pharaon nomme Joseph : çaphenat-paneah (sapnath-panéakh), un nom qui ne signifie rien en hebreux, mais qui doit être d’origine égyptienne. Or l’auteur découvre que çaphenat-paneah est le nom égyptien Amenophis Fils de Hapou, lut à l’envers, de gauche à droite, l’hébreu se lisant de droite à gauche. Le détail surprenant de la fresque est que, précisément, le nom d’Amenophis est aussi écrit en hiéroglyphe à l’envers. Il y a donc concordance absolue entre le texte de la fresque et celui de la Bible.

Avec cette trace écrite datant de 1350 av. J.-C., l’auteur prouve que «de cette fresque naquit la Bible» et révèle le personnage historique du Patriarche Joseph. Il montre que si les artisans hébreux étaient des Égyptiens, les prêtres de ce Temple Mémorial d’Amenophis Fils de Hapou étaient d’ascendance sémitique.

Pourquoi cette fresque fut-elle ensuite occultée par l’égyptologie ? Cela reste un mystère. On ne la trouve dans aucun des ouvrages publiés par des égyptologues de renom de ces cinquante dernières années. On comprend pourquoi les exégètes, historiens et archéologues bibliques ne la connaissent pas.

Cliquer ici pour télécharger le plus ancien texte

L’historicité de la Bible remonte maintenant à 3400 ans. L’auteur reprend ensuite de nombreux documents archéologiques anciens et modernes et les replace dans ce nouveau contexte. En suivant l’histoire du Temple Mémorial d’Amenophis Fils de Hapou de 1356 à 1060 av. J.-C., on découvre la personalité de Moïse et les causes de l’Exode vers 1050 av. J.-C, à une période troublée par des lourdes tensions religieuses, des agitations et par la première grève de l’Histoire. Enfin, l’auteur explique qui était vraiment les hébreux et leurs frères, chez qui Moïse se réfugia pendant 40 ans parce qu’ils partageaient la même communion, ceux qu’on appellera plus tard, les arabes.

Les connaissances d’Amenophis (Amenhotep) Fils de Hapou en science minérale (science des pierres géopolymères et la géosynthèse) étaient extraordinaires. Voir son chef d’oeuvre Les Colosses de Memnon

Powered by WordPress & Theme by Anders Norén