Joseph Davidovits

www.davidovits.info

Catégorie : Archéologie

Pyramide: nouveau livre en français

Nouveau livre en français: Bâtir les Pyramides sans Pierres ni Esclaves? La science défie les égyptologues, Editions Jean-Cyrille Godefroy, Paris, 2017, en librairie, Amazon, FNAC et autres, ou chez l’éditeur à Bâtir les Pyramides sans pierres ni exclaves ?

Fausse information sur Pyramides de Bosnie

J’ai récemment écrit dans mon article consacré aux Pyramides de Bosnie la mise au point suivante:
« En fonction des renseignements qui sont les nôtres, nous pensons que l’échantillon de béton que j’ai examiné au microscope électronique, proviendrait d’une citerne ou réservoir à eau (lors du carottage il est bien fait mention d’un plafond en béton, puis d’un vide de 4 mètres, et d’un plancher en béton, voir le pdf ci-dessous). Le béton géopolymère analysé, est une sorte de béton romain, qui ne correspond absolument pas aux matériaux qui constituent les revêtements des pyramides. Les informations publiées sur les sites des Pyramides de Bosnie sont donc inexactes.
Pour les détails allez à Pyramides Bosnie.

  Lire la suite... / Read more...

Pyramide: le paléomagnétisme démontre la nature artificielle des pierres.

Une récente étude scientifique publiée dans la revue scientifique renommée « Europhysics News », Le Magazine de la Société Européenne de Physique, (2012), vol. 43, n ° 6, décrit comment l’étude du paléomagnétisme sur plusieurs pierres des pyramides démontre la validité de la théorie de Davidovits sur le caractère artificiel des pierres des pyramides égyptiennes.

Deux scientifiques, le Dr Igor Túnyi du Geophysical Institute SAS – Bratislava (République slovaque) et Ibrahim A. El-hemaly du National Research Institute of Astronomy and Geophysics, Le Caire, Egypte, ont fait l’hypothèse suivante (traduction de leur article scientifique en Anglais):

  Lire la suite... / Read more...

Nouvelle analyse: pierre artificielle des Pyramides d’Égypte

Une nouvelle analyse scientifique démontre la nature artificielle des pierres des Pyramides d’Égypte. L’article dont le titre est « Were the casing stones of Senefru’s Bent Pyramid in Dahshour cast or carved? Multinuclear NMR evidence » (Les pierres de revètement de la Pyramide Rhomboidale à Dahshour sont-elles agglomérées ou taillées? Évidence par l’analyse RMN multinucléaire), a été publié récemment dans Materials Letters 65 (2011) 350–352, par une équipe internationale composée de: Kenneth J.D. MacKenzie (MacDiarmid Institute for Advanced Materials and Nanotechnology, Victoria University of Wellington, New Zealand), Mark E. Smith, Alan Wong, John V. Hanna (Department of Physics, University of Warwick, Coventry, CV4 7Al, UK), Bernard Barry (Institute of Geological and Nuclear Sciences, Lower Hutt, New Zealand) et Michel W. Barsoum (Department of Materials Science and Engineering, Drexel University, Philadelphia, PA 19104, USA).

  Lire la suite... / Read more...

Falsification de la Stèle de Merneptah (Mérenptah), dite d’Israël

L’objectif de cet article est double. Tout d’abord, il apporte une information omise dans le Chapitre 11 de mon dernier livre De cette fresque naquit la Bible. Ensuite, il dénonce une erreur, ou plus vraisemblablement une falsification d’un document archéologique de la plus grande importance.

La stèle de Merneptah (que certains écrivent aussi Mineptah ou Mérenptah) contient la plus ancienne mention d’Israël dans un document extrabiblique. Elle fut découverte en Égypte, à Thèbes, par Flinders Petrie en 1896, dans le temple mortuaire de Merneptah, le fils de Ramsès II. Merneptah décrit la campagne militaire entreprise en 1207 av. J.-C. contre les Libyens, et, accessoirement une expédition à Canaan au cours de laquelle un peuple nommé Israël aurait été anéanti. On lit dans les lignes 26 à 28 de cette stèle, selon la traduction officielle :
Les princes sont prostrés, ils disent : soyons en paix! Plus personne ne lève la tête parmi les Neufs Arcs. Tehenu est détruite ; Khati (les Hittites) sont en paix ; Canaan est captif ainsi que ses démons, Ashkelon est conquise ; Gezer est capturée ; Yanoam est devenue inexistante ; Israël est dévasté, elle n’a plus de semence ; Hurru est devenue la veuve de l’Égypte. Tous ces pays sont pacifiés. Tous ceux qui étaient en révolte ont été matés par le roi de l’Égypte du Nord et du Sud…

  Lire la suite... / Read more...

Les Pyramides de Bosnie (Europe), en pierre artificielle ou béton

Si l’on s’en tient aux photos publiées, les revêtements semblent être constitués de pierre naturelle (type poudingue) ou peut-être une pierre artificielle (type béton romain).

En fonction des renseignements qui sont les nôtres, nous pensons que l’échantillon de béton que j’ai examiné au microscope électronique, proviendrait d’une citerne ou réservoir à eau (lors du carottage il est bien fait mention d’un plafond en béton, puis d’un vide de 4 mètres, et d’un plancher en béton, voir le pdf ci-dessous). Le béton géopolymère analysé, est une sorte de béton romain, qui ne correspond absolument pas aux matériaux qui constituent les  revêtements des pyramides. Les informations publiées sur les sites des Pyramides de Bosnie sont donc inexactes. 

  Lire la suite... / Read more...

La simulation 3D des pyramides n’est pas preuve scientifique

Récemment, la nouvelle fit le tour des rédactions : « Le 30 mars 2007, Dassault Systèmes, l’un des premiers éditeurs mondiaux de solutions 3D, et l’architecte Jean-Pierre Houdin, dévoilent la première théorie consacrée à la construction de la pyramide de Kheops validée scientifiquement, lors d’une conférence organisée aujourd’hui à la Géode de la Cité des Sciences, Paris ».

On y lit clairement que la simulation 3D a validé scientifiquement cette nouvelle théorie de construction des pyramides. Ce système introduit l’emploi de rampes internes, au lieu des rampes externes recommandées jusqu’alors par les égyptologues. Chacun sait que l’ordinateur travaille en fonction des données que les informaticiens ont écrites sur son disque dur. Si ces données s’avèrent être fausses, alors le programme informatique développera et confirmera une fausse théorie. À en croire Dassault Systèmes, c’est la première fois que la simulation 3D est employée dans la démonstration d’une théorie de construction des pyramides. C’est tout le contraire. Ainsi, le Palais de la Découverte, Paris, organisa une exposition portant sur les Hypothèses de construction des pyramides (19 décembre 2006 au 13 mars 2007, voir la revue Découverte Revue du Palais de la Découverte de décembre 2006). Trois hypothèses y étaient présentées, deux portant sur les pierres taillées transportées sur un système de rampes, et la mienne (l’agglomération des pierres sur place, par la chimie). Ces deux autres hypothèses se basaient sur « une démonstration par simulation 3D ». Bien que travailant avec des programmes moins sophistiqués que ceux de Dassault, ils employaient les mêmes principes de base. La première, celle de J.P. Petit, ancien Directeur de Recherches au CNRS, préconisait une rampe extérieure. La seconde, celle de P. Crozat, architecte docteur-ingénieur, favorisait un système d’accrétion, de rampes extérieures et de machines.

  Lire la suite... / Read more...

Il y a 32 ans, la dépêche de l’A.F.P.

Le 27 août 1974, l’Agence France Presse, AFP, publia une dépêche qui fut reprise dans toute la presse nationale, régionale et internationale francophone. Dans cette dépêche, le journaliste de l’AFP faisait état de l’avancement de mes travaux sur la synthèse de pierre, technique que je baptiserai 4 ans plus tard sous le terme générique de géopolymère. On y présentait une retombée inattendue, les premiers éléments de ma théorie sur la pierre reconstituée, la possibilité que les blocs des pyramides n’avaient pas été taillées et transportées sur des traîneaux et des rampes, mais avait été moulées, comme une sorte de béton. J’emploie aujourd’hui la locution pierre agglomérée, ou béton de calcaire, pour désigner les blocs des pyramides d’Égypte qui auraient été fabriqués par cette technique.

  Lire la suite... / Read more...

Institut Tchèque d’Egyptologie, Prague

Prague, le 15 Juin 2006

Toujours dans le cadre des mes visites aux institutions scientifiques tchèques, j’ai été reçu par le Professeur Miroslav Verner, professeur d’égyptologie, directeur de l’Institut Tchèque d’Egyptologie. La Mission Tchèque en Egypte est chargée du site d’Abousir, au nord de Saqqarah. On y trouve les pyramides des pharaons de la Ve Dynastie, petites pyramides construites après les grandes pyramides de Guizeh. Elles ont été faites avec des petits blocs de pierre taillée et elles n’ont rien de commun avec les énormes masses des ouvrages élevés par les pharaons de la IVe Dynastie: Sneferou, Cheops, Chephren et Mykerinos. (Davidovits, Prague)

  Lire la suite... / Read more...

Rencontre avec la Vénus de Dolni Vestonice, une céramique géopolymère vieille de 25.000 ans

Brno, capitale de la Moravie, République Tchèque, le 17 Juin 2006

Organisée dans le cadre de mes rencontres avec les institutions scientifiques de la République Tchèque, cette visite au Musée d’Anthropologie de Brno devrait marquée une date dans mes études sur les connaissances technologiques des hommes préhistoriques. Le Dr. Martin Oliva, paléontologue, me présenta la collection d’objets paléolithiques en os gravés découverts en Moravie, notamment à Dolni Vestonice. Puis, en présence de la journaliste du grand quotidien local et d’un photographe de l’Agence de Presse Tchèque, le Dr. Martin Oliva sorti du coffre la reine de sa collection, la Vénus. J’avais encore dans la tète l’image de la Vénus en calcaire jaune exposée au Musée de Vienne, Autriche, pour être très surpris par celle-ci. Elle ne fut pas travaillée dans de la pierre tendre, mais fabriquée en terre cuite. J’étais donc en présence de la plus ancienne céramique réalisée par l’Homo Sapiens il y a 25.000 ans. (Davidovits, Venus Dolni Vestonice)

  Lire la suite... / Read more...

Découverte du plus vieux texte copié dans La BIBLE

Il y a 70 ans, deux égyptologues français, Alexandre Varille et Clément Robichon, mirent à jour une fresque dans les ruines du Temple Funéraire d’Amenophis, Fils de Hapou, à Karnak, Égypte. Ainsi, on a découvert comment le pharaon Amenhotep III avait honoré son plus intime collaborateur, à l’occasion de son grand jubilé des trente ans de règne. Cependant, depuis 1935, date de cette importante découverte, les archéologues n’ont pas remarqué que le texte de cette fresque était repris mot pour mot dans celui de la Bible, Genèse 41, lorsque Pharaon installe Joseph aux commandes de toute l’Égypte.

  Lire la suite... / Read more...

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén