Les Pyramides de Bosnie (Europe), en pierre artificielle ou béton

 

Si l’on s’en tient aux photos publiées, les revêtements semblent être constitués de pierre naturelle (type poudingue) ou peut-être une pierre artificielle (type béton romain).

En fonction des renseignements qui sont les nôtres, nous pensons que l’échantillon de béton que j’ai examiné au microscope électronique, proviendrait d’une citerne ou réservoir à eau (lors du carottage il est bien fait mention d’un plafond en béton, puis d’un vide de 4 mètres, et d’un plancher en béton, voir le pdf ci-dessous). Le béton géopolymère analysé, est une sorte de béton romain, qui ne correspond absolument pas aux matériaux qui constituent les  revêtements des pyramides. Les informations publiées sur les sites des Pyramides de Bosnie sont donc inexactes. 

Je n’ai pas fait de datation sur cet échantillon de béton. Je sais que ce n’est pas un béton moderne, au ciment Portland, mais un matériau réalisé à partir de pouzzolane artificielle (argile calcinée), une technique employée au Moyen Age en Europe, auparavant par les Romains il y a 2000 ans et aussi par les Égyptiens il y a 3500 ans. Les constructeurs des pyramides égyptiennes ont pu l’employée à Saqqarah (Imhotep 2700 av. J.-C.). Je n’ai aucune autre information qui puisse suggérer une dadation plus ancienne.

J’avais oublié de mettre ici l’article en pdf sur l’analyse du béton.
Bosnie Pyramide Béton

C’est avec plaisir que j’ai lu les dernières nouvelles concernant les analyses effectuées à l’Université de Zenica, Bosnie. Cela confirme ma première impression lors de l’examen de l’échantillon de béton que m’a confié Semir Osmanagic à Edimbourg. J’avais en effet été frappé par la présence d’inclusions qui me semblait être de l’argile calcinée.

Sur le site internet Archaeological Park: Bosnian Pyramid of the Sun Foundation, la dépèche datée du 03 Février 2009, DES BLOCS DE PIERRE DES PYRAMIDES DE BOSNIE ONT ÉTÉ ANALYSÉES: RÉSULTAT – C’EST DU BÉTON ANTIQUE, reproduit la déclaration du Professeur Muhamed Pasic de l’Institut des Matériaux, « … de l’argile mal cuite broyéee avec de l’eau possède des propriétés liantes certaines … », et que cette technique fut utilisée pour fabriquer des blocs réagglomérés (du béton) qui ressemble à une pierre poudingue naturelle. Chacun devrait savoir et accepter le fait que certaines argiles, notamment celles qui contiennent le minéral kaolinite, lorqu’elles sont cuites à basse température, c’est-à-dire entre 500 et 750 °C, produisent un matériau très réactif qui est vulgairement appelé métakaolin, quand l’argile est pure. Ce matériau est l’un des ingrédients réactifs (parmi d’autres) dans la technologie des géopolymères et des bétons géopolymères modernes. Allez pour cela sur le site de l’Institut Géopolymère. C’est aussi ce matériau qui est à la base des meilleurs ciments romains développés par les ingénieurs romains il y a 2000 ans de cela. Ils ajoutaient de la chaux à une argile mal cuite appelée en latin « testa », traduite par « tuileau » ou débris de poterie. Cette technologie fut à la base de l’Opus Signinum et de l’Opus Testacaeum, et nous pouvons encore admirer cette prouesse technique, aujourd’hui, dans le Panthéon, le Colisée, les Thermes… à Rome, ou encore dans la canalisation de l’aqueduc du Pont du Gard ou les Thermes d’Arles ou de Nimes, etc. Nos connaissances sur la réactivité de ce type d’argile cuite à basse température sont relativement jeunes puisque que je les ai découventes qu’il y a à peine 30 ans. Je suis très heureux de lire que cette techique fut également employée par ceux qui bâtirent la Pyramide du Soleil de Visoko, Bosnie. Ceci est un élément très important. À quelle époque ? Cela reste encore à déterminer.

J’ai obtenu un échantillon provenant de la « fondation de la pyramide ». Il s’agit d’un béton antique (pas du tout moderne) que nous allons analyser.

Les fouilles continuent et les résultats semblent intéressants. J’en discuterai avec Semir Osmanagic à Edinburgh. Voir Histories & Mysteries Conference.

Comments are closed.